Reconnaître le rôle des Nations pour assurer l’État protecteur

L’Union a été construite pour ouvrir, décloisonner, normaliser. Ce sont les Nations qui protègent. Il ne peut y avoir sur le sol européen de mise en concurrence entre salariés aux mêmes qualifications par des niveaux de salaires et conditions sociales différentes. Où est le progrès, quand le travailleur détaché du pays à faible salaire vient concurrencer celui qui, vivant de son labeur sur le territoire de ses ancêtres, jouit de droits acquis de haute lutte par ses parents et grands-parents !

Nous proposerons de mettre fin à la mise en concurrence, à conditions non égales, entre salariés européens en modifiant la directive sur le détachement des travailleurs de manière à ce qu’à travail égal sur le même lieu, il y ait salaire égal et charges sociales égales ! Les directives Bolkenstein devront être modifiées en ce sens et le détachement de travailleurs temporaires interdit sauf en cas de pénurie de main d’œuvre.

Dans le même ordre d’idée, il faudra envisager une convergence des droits sociaux tendant vers le haut et non pas le bas. La nouvelle Europe doit s’opposer à l’« ubérisation des emplois », mais promouvoir au contraire les modèles coopératifs et participatifs des salariés dans la vie de l’entreprise.

Il est temps que l’Europe défende les salariés européens, leurs droits durement acquis et leur niveau de vie ! Si les Multinationales veulent venir en Europe, elles devront s’adapter à nos règles et non pas l’inverse comme aujourd’hui où Bruxelles ne fait que se plier à leurs exigences. Les institutions de protection sociale sont au cœur du pacte commun européen. La justice sociale doit être inscrite comme une valeur fondamentale. Elle doit être opposable à toute action de l’Union européenne qui viendrait briser le pacte social à l’intérieur des nations.

Nous proposerons d’interdire toute politique ou toute directive européenne qui aurait comme conséquence de rabaisser le niveau de protection et de justice sociale dans un pays. Nous demanderons que tout accord commercial extérieur soit, avant d’être signé, examiné à l’aune de ses conséquences sur l’emploi et les droits sociaux.

Nous demanderons que soit reconnu le rôle essentiel des corps intermédiaires et des partenaires sociaux dans la formation des politiques sociales nationales.

Déposez maintenant votre contribution pour l'avenir de l'Europe !