Manifeste pour l’avenir de l’Europe,

publié sous l’égide de la Fondation Identité et Démocratie

Européens, nous le sommes à travers ces petites et grandes patries qui font les Nations et nourrissent l’Europe ! Car nous ne sommes pas de nulle part, Nous ne sommes pas des Femmes et des Hommes hors sol ! Nous ne sommes pas en Europe, nous sommes d’Europe. Notre Europe ne se décide pas dans des bureaux ou des salles de réunion. C’est l’Histoire qui l’a construite, pas des directives et des règlements ! Ce sont les paysans et les ouvriers, les peintres et les poètes, les conquérants et les missionnaires qui l’ont faite !

L’Europe que nous voulons sera fière de ses racines et de son histoire. Elle ne sacrifiera rien à la repentance. Notre Europe est consciente de ce qu’elle doit à ceux qui ont combattu ses ennemis, de la Reconquista espagnole au Champ des Merles en Serbie, et de la Résistance française à Solidarnosc en Pologne. Notre Europe est riche de la diversité des identités, des singularités, des communautés qui la forment, une diversité dont la transmission familiale est le moteur et dont les frontières sont la condition de la survie.

Les pays de ce qui fut l’Europe de l’Est nous disent l’essentiel à ce sujet. Slovaquie, Slovénie, Pologne, Hongrie, Tchéquie, États baltes, Bulgarie, Roumanie, leur révolte de moins en moins silencieuse contre une Union qui veut leur imposer des mœurs, des principes, des cultures qui ne sont pas les leurs et qu’elles n’ont pas choisies. Ces Nations lèvent l’étendard des libertés européennes ! Ces pays ont résisté face à la barbarie nazie, ils ont tenu face à au totalitarisme de l’Union soviétique, et de même face à l’invasion musulmane dans les Balkans, ils s’engagent aujourd’hui dans la résistance face aux diktats de l’Union européenne !

Nous, Députés et Elus européens de dix-sept nationalités et issus de 3 Groupes politiques, entendons par ce Manifeste de la Fondation Identité et Démocratie, affirmer notre engagement pour l’Europe et présenter nos propositions !

Unir les peuples européens demeure une grande idée, un projet pour le siècle que nous vivons, NOTRE projet !

Nous nous sommes rassemblés autour du constat que L’Union européenne a failli, mais pas l’idée européenne ! IL FAUT DONC CHANGER l’UNION ! Et nous pouvons le faire, si nous unissons nos forces au service d’une nouvelle Union !

Une civilisation européenne

Nos nations européennes partagent un héritage millénaire, ancré dans notre Histoire, vivant dans notre héritage culturel. Qui sont-ils, qu’ont-ils construit, conquis, gagné, ceux qui se permettent aujourd’hui de juger les grands Européens des siècles passés ? Qui sont ces individus qui prétendent juger Napoléon Ier, Nicolas II, la reine Victoria, Bismarck, le général de Gaulle ?

Souveraineté des nations

L’Union européenne refuse de regarder la réalité en face ; une démocratie sans terre n’existe pas. Les peuples européens doivent retrouver leur liberté sur leur territoire. Tenir son territoire est la loi de la vie. La forme politique de la modernité est celle de l’État-nation, et l’Europe n’est rien si elle n’est pas l’union d’États Nations souverains.

Des frontières pour l'Europe

La protection des frontières extérieures s’impose. Les États doivent pouvoir décider qui ils acceptent sur leur sol. Les flux de migrants et de réfugiés doivent être contrôlés. Un pays pourtant réputé généreux et ouvert comme le Danemark vient de prendre des mesures spectaculaires pour endiguer le flot des soi-disant réfugiés politiques dont la majorité sont des imposteurs

Jeunesse, cultures et libertés

L’Europe doit redonner aux jeunes l’espoir d’une vie meilleure. L’Union doit affirmer la civilisation européenne, une civilisation qui se nourrit de ses racines chrétiennes, et qui a trouvé dans la diversité des cultures nationales une dynamique qui lui a ouvert le monde. Et elle doit protéger l’intégrité de ces cultures qui font un savoir-vivre et un savoir être unique.

Démocratie en Europe

L’Union avance en apesanteur démocratique. Depuis le « non » français et néerlandais au referendum sur le projet de Constitution, en 2005, plus jamais un choix européen n’a été ratifié par le suffrage universel direct. Il faut rétablir la primauté du vote des citoyens sur les arrêts des Cours, les directives de la Commission, et défendre l’identité constitutionnelle des Nations.

Retour à la subsidiarité

Le principe de subsidiarité est d’agir au niveau le plus pertinent. Il a été abandonné au profit d’une centralisation européenne toujours plus poussée. L’Union est devenue le cimetière des libertés individuelles. Les bonnes décisions se prennent au plus près du terrain, avec ceux qu’elles concernent !

Etat protecteur

L’Union a été construite pour ouvrir, décloisonner, normaliser. Ce sont les Nations qui protègent. Il ne peut y avoir sur le sol européen de mise en concurrence entre salariés aux mêmes qualifications par des niveaux de salaires et conditions sociales différentes. Où est le progrès, quand le travailleur détaché du pays à faible salaire vient concurrencer celui qui, vivant de son labeur sur le territoire de ses ancêtres, jouit de droits acquis de haute lutte par ses parents et grands-parents !

Monnaie au service des européens

Le développement économique n’a de sens que si il sert l’amélioration des conditions de vie du plus grand nombre, et l’enrichissement financier n’a de sens que s’il est partagé par tous. Nous proposons que le mandat de la BCE soit renégocié pour y intégrer les impératifs de recherche du plein emploi et de convergence des économies.!

Des entreprises compétitives

L’Union doit retrouver l’ambition du grand marché intérieur, protégé de la concurrence déloyale et du pouvoir exorbitant des monopoles et des multinationales. Il est temps que l’Europe s’occupe de l’entreprise européenne, la protège et la soutienne ! La petite et moyenne entreprise familiale, source de la richesse européenne, levain de nos territoires, devra se voir assurer les financements nécessaires, notamment par des réseaux de banques locales.

Préférence communautaire

L’Union européenne sidérée par le globalisme refuse de voir que la préférence pour soi et pour les siens est partout la règle. Les États-Unis préfèrent les Américains, comme la Russie préfère les Russes, et Madagascar les Malgaches. L’Union des Nations d’Europe est au service des citoyens de ces Nations, et d’eux seuls, elle les préfère, elle les défend, elle les protège des invasions et elle combat leurs ennemis !

Défense

La destruction méthodique par l’Union des industries de la Défense des États membres équivaut à une soumission à l’extérieur. Les décisions de la CJUE sur le temps de travail des militaires à aligner sur celui des civils signifie que l’Union est utilisée par nos pires ennemis pour en finir avec nos Nations et nos libertés. Nous mettrons sur la table la question d’une préférence européenne pour les achats d’armement. La participation à l’OTAN ne signifie pas intégration au complexe militaro-industriel américain !

Ecologie au service de tous

L’Union européenne cache à peine, sous couvert d’écologie, la tentation de freiner la croissance en Europe, d’imposer les normes des multinationales et d’accélérer ainsi notre déclin démographique, économique et politique. L’écologisme déployé au sein de l’Union européenne sous la forme du « Green Deal » sert notamment à l’uniformisation des politiques énergétiques et agricoles, à des restrictions sévères des libertés individuelles, à un contrôle intrusif de toutes les activités économiques par la « taxonomie ».

Continuons le débat pour continuer l’Europe !

Nous sommes persuadés que nous pourrons réunir un nombre considérable de citoyens européens derrière ce projet et trouver demain une majorité d’États européens pour le soutenir.
Nos douze propositions sont autant de sujets de débats et d’opportunités de contributions pour les enrichir,
Nous ferons en sorte d’en faire une plateforme de consensus susceptible de rassembler le maximum de forces politiques autour des principes d’identité, de souveraineté et de Libertés !
Notre projet alternatif prend totalement le contre-pied de ceux qui veulent dissoudre l’Europe dans la globalisation et pensaient que nous n’avions rien à proposer !
Notre projet est un retour aux sources ! Une Europe qui reconnaît ses limites et son rôle complémentaire à celui des Nations ! Le retour à une Europe qui protège notre Civilisation, Une Europe qui respecte la diversité et l’identité de nos peuples, une Europe des Nations libres et souveraines ! Une Europe qui retrouve son âme !
Il ne s’agit pas de faire table rase du passé. L’UE fait partie de nos vies et sa dislocation brutale entraînerait beaucoup d’inconvénients à court terme. Certaines réalisations de l’UE ont pu apporter des avancées positives, comme le programme ERASMUS pour les étudiants, les directives européennes sur l’égalité salariale entre les femmes et les hommes et les jugements qui protègent les libertés individuelles.
Les vrais Européens, c’est nous !
Du meilleur de nos Nations, faisons le meilleur de l’Europe !
De l’élan national qui nous anime, nourrissons l’élan européen !

Contribuez à l'avenir de l'Europe

Ce Manifeste est publié sur le site dédié « Manifeste pour l’avenir de l’Europe ! » et ouvert à vos contributions. Suggestions, propositions, corrections sont les bienvenues ! N’hésitez pas et participez à notre contribution au débat nécessaire, ouvert et sincère, pour construire l’Europe que nous vouons !

Nos 12 priorités pour l’Europe

Nations européennes

Une civilisation européenne

Nos nations européennes partagent un héritage millénaire, ancré dans notre Histoire, vivant dans notre héritage culturel. Qui sont-ils, qu’ont-ils construit, conquis, gagné, ceux qui se permettent aujourd’hui de juger les grands Européens des siècles passés ? Lire la suite

Nations européennes

La souveraineté des Nations

L’Union européenne refuse de regarder la réalité ; une démocratie sans terre n’existe pas. Les peuples européens doivent retrouver leur liberté sur leur territoire. Tenir son territoire est la loi de la vie. La forme politique de la modernité est celle de l’État-nation, et l’Europe n’est rien si elle n’est pas l’union d’États Nations souverains. Lire la suite 

Frontières Europe

Frontières de l’Europe

La protection des frontières extérieures s’impose. Les États doivent pouvoir décider qui ils acceptent sur leur sol. Les flux de migrants et de réfugiés doivent être contrôlés. Un pays pourtant réputé généreux et ouvert comme le Danemark vient de prendre des mesures spectaculaires pour endiguer le flot des soi-disant réfugiés politiques dont la majorité sont des imposteurs. Lire la suite

Erasmus ID

Jeunesse et cultures

L’Europe doit redonner aux jeunes l’espoir d’une vie meilleure. L’Union doit affirmer la civilisation européenne, une civilisation qui se nourrit de ses racines chrétiennes, et qui a trouvé dans la diversité des cultures nationales une dynamique qui lui a ouvert le monde. Et elle doit protéger l’intégrité de ces cultures qui font un savoir-vivre et un savoir être unique. Lire la suite

Démocratie en Europe

Démocratie en Europe

L’Union avance en apesanteur démocratique. Depuis le « non » français et néerlandais au referendum sur le projet de Constitution, en 2005, plus jamais un choix européen n’a été ratifié par le suffrage universel direct. Il faut rétablir la primauté du vote des citoyens sur les arrêts des Cours, les directives de la Commission, et défendre l’identité constitutionnelle des Nations. Lire la suite

SUbsidiarité

Retour à la subsidiarité

Le principe de subsidiarité est d’agir au niveau le plus pertinent. Il a été abandonné au profit d’une centralisation européenne toujours plus poussée. L’Union est devenue le cimetière des libertés individuelles. Les bonnes décisions se prennent au plus près du terrain, avec ceux qu’elles concernent ! Lire la suite 

État protecteur

L’Union a été construite pour ouvrir, décloisonner, normaliser. Ce sont les Nations qui protègent. Il ne peut y avoir sur le sol européen de mise en concurrence entre salariés aux mêmes qualifications par des niveaux de salaires et conditions sociales différentes. Où est le progrès, quand le travailleur détaché du pays à faible salaire vient concurrencer celui qui, vivant de son labeur sur le territoire de ses ancêtres, jouit de droits acquis de haute lutte par ses parents et grands-parents ! Lire la suite

Monnaie européenne

Le développement économique n’a de sens que si il sert l’amélioration des conditions de vie du plus grand nombre, et l’enrichissement financier n’a de sens que s’il est partagé par tous. Nous proposons que le mandat de la BCE soit renégocié pour y intégrer les impératifs de recherche du plein emploi et de convergence des économies.! Lire la suite 

Entreprises compétitives

L’Union doit retrouver l’ambition du grand marché intérieur, protégé de la concurrence déloyale et du pouvoir exorbitant des monopoles et des multinationales. Il est temps que l’Europe s’occupe de l’entreprise européenne, la protège et la soutienne ! La petite et moyenne entreprise familiale, source de la richesse européenne, levain de nos territoires, devra se voir assurer les financements nécessaires, notamment par des réseaux de banques locales. Lire la suite

Préférence communautaire

L’Union européenne sidérée par le globalisme refuse de voir que la préférence pour soi et pour les siens est partout la règle. Les États-Unis préfèrent les Américains, comme la Russie préfère les Russes, et Madagascar les Malgaches. L’Union des Nations d’Europe est au service des citoyens de ces Nations, et d’eux seuls, elle les préfère, elle les défend, elle les protège des invasions et elle combat leurs ennemis ! Lire la suite

Défense

La destruction méthodique par l’Union des industries de la Défense des États membres équivaut à une soumission à l’extérieur. Les décisions de la CJUE sur le temps de travail des militaires à aligner sur celui des civils signifie que l’Union est utilisée par nos pires ennemis pour en finir avec nos Nations et nos libertés. Nous mettrons sur la table la question d’une préférence européenne pour les achats d’armement. La participation à l’OTAN ne signifie pas intégration au complexe militaro-industriel américain ! Lire la suite 

Écologie au service de tous

L’Union européenne cache à peine, sous couvert d’écologie, la tentation de freiner la croissance en Europe, d’imposer les normes des multinationales et d’accélérer ainsi notre déclin démographique, économique et politique. L’écologisme déployé au sein de l’Union européenne sous la forme du « Green Deal » sert notamment à l’uniformisation des politiques énergétiques et agricoles, à des restrictions sévères des libertés individuelles, à un contrôle intrusif de toutes les activités économiques par la « taxonomie ». Lire la suite

Déposez maintenant votre contribution pour l'avenir de l'Europe !